Rechercher
  • laura-tonet

Apprendre une seconde langue ? Au plus tôt, au mieux !


Il n'y a pas d'âge pour apprendre une langue. Ou plutôt, si : nous avons intérêt à nous y mettre le plus précocement possible.



S'il est rare de voir contester la nécessité d'apprendre une langue étrangère, le mythe de devoir attendre la fin du processus d'acquisition de la langue maternelle subsiste. Et c'est hélas, car l'on sait aujourd'hui grâce aux neurosciences que les mérites d'activités multilingues chez l'enfant ne se comptent plus. Par exemple, la nette amélioration des capacités cognitives de l'enfant grâce à une activité plus intense des régions préfrontales et orbitofrontales du cortex cérébral, les zones où siègent la gestion des problèmes et de la prise de décision, en comparaison avec leurs pairs privés de bain multilingue a été prouvée.

Quel que soit le niveau d'exposition, à partir du moment où un contexte persistant clair peut être retenu par l'enfant, Cela entraine une amélioration de la concentration sur une tâche précise, la capacité d’adaptation et à résoudre des problèmes, et plus généralement la qualité de la mémoire (une routine hebdomadaire, des cours, tirer profit des foyers bilingues avec un parent - une langue, l'histoire du soir dans une langue étrangère, etc.), les bénéfices apparaitront. Même si l'enfant ne s'exprime pas, la simple stimulation auditive d'une langue étrangère permettrait à l'enfant de rester plus alerte face aux nouveaux sons, témoignant d'une capacité adaptative plus importante que les enfants non exposés. A terme, il est prouvé que cela permet de réduire les chances de développer Alzheimer.

C'est parti pour l'éveil cognitif grâce aux langues !

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout